Idée balade : Par-delà les étangs et la Forêt de Branguily…

Etang de Branguily © M. Langle

Située au cœur du triangle formé par les villes de Pontivy, Rohan et Loudéac, Gueltas est une petite bourgade morbihannaise nichée au bord de la rive droite de l’Oust. Elle tient son nom de Saint Gildas en breton. Selon la tradition locale, il serait venu plusieurs fois en ces lieux pour se ressourcer dans la forêt de Branguily. Avec ses étangs et ses tourbières, cette forêt constitue un formidable réservoir de richesses naturelles. Le site a été aménagé pour associer préservation de la nature, accueil et sensibilisation des visiteurs.

A la découverte du parcours…

La première partie du parcours se fait en forêt, depuis la D125, entre Gueltas et Saint Gérand. Cette forêt a appartenu au fief des Rohan du 13e siècle jusqu’en 1802 ; c’est un vestige de l’antique et légendaire forêt de Brécilien (Brocéliande). Elle s’étend sur un massif de 450 hectares. La légende locale du veau d’or raconte qu’un trésor caché reste à découvrir. Cette forêt de chênaies et de pinèdes est aussi le domaine des chevreuils et sangliers. Le promeneur aguerri peut y trouver plusieurs variétés de plantes remarquables, dont certaines sont protégées, comme la littorelle, la pululaire ou encore le flûteau nageant.

La balade se poursuit à proximité de l’étang du Château et longe celui de la Dame Noire. La pêche est autorisée : brochets, perches et tanches font le bonheur des pêcheurs. Les étangs de Branguily regroupent 22 hectares de zones humides. Ils ont été aménagés en suivant le talweg (points les plus bas d’une vallée) qui alimente le ruisseau de La Belle Chère. C’est un lieu privilégié pour y observer, au rythme des saisons, des odonates (libellules), des lépidoptères (papillons), des coléoptères, des batraciens et reptiles, des hérons cendrés, des sarcelles…

Observez les oiseaux depuis l’observatoire…

Plus loin, au nord de l’étang aux Grèbes, un observatoire offre aux marcheurs le point de vue idéal pour admirer le ballet de nombreuses espèces d’oiseaux comme les grèbes huppés, les milouins, les foulques-macroules, qui ont élu domicile en ces lieux propices. A défaut de croiser quelques korrigans, le visiteur attentif se consolera en identifiant également d’autres oiseaux plus communs tels des grives, des faucons hobereaux, des fauvettes, des mésanges…

Après cette balade instructive de 6 km, Il est temps de rentrer en longeant l’autre rive pour rejoindre le point de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.