Idée balade : Plein phare sur Billiers, discrète et insoupçonnée

Billiers © A. Lamoureux

La commune de Billiers offre aux curieux des paysages maritimes variés qui mêlent les eaux de l’estuaire de la Vilaine à celles de l’océan. En route pour découvrir son patrimoine naturel et architectural.

Les promeneurs se mettent en marche depuis le parking de Thora à l’entrée du bourg et longent l’étier et ses anciens marais salants inexploités depuis 1930. Ils recèlent une grande richesse ornithologique : canards, échasses blanches et courlis cendrés en sont les hôtes réguliers.

Au sud du bourg, un panneau d’interprétation éclaire le visiteur sur la présence du mur d’enceinte et de la tour de l’ancienne Abbaye cistercienne de Prières. Elle fût fondée en 1252 par le duc de Bretagne Jean 1er le Roux. La chapelle abrite encore des pierres tombales. A l’extérieur, la « pierre à soles » servait de gabarit pour les pêcheurs approvisionnant les moines en poissons. Aujourd’hui, le site est un centre de réadaptation et une ferme qui vend sa production sur place.

Le port de Pen Lan est dominé par un phare rouge et blanc qui s’élève à 26 mètres au-dessus du niveau de la mer. Au début du 19e siècle, les chaloupes remplacent progressivement les « chattes » de Billiers, voilier de travail de l’Atlantique. Jusqu’en 1930, la pêche se pratique avec un chalut à perche et le petit cabotage.

Sur le quai, la « Belle de Vilaine », réplique à l’authentique d’une chaloupe de 1887 et labellisée « bateau d’intérêt du Patrimoine », propose des sorties en mer, sur un ou plusieurs jours.

Les marcheurs longent ensuite le Domaine de Rochevilaine construit autour d’une maison du 19e siècle et d’une ancienne poudrière. Le site, transformé dans les années 50, et agrémenté de chapelles et manoirs, accueille désormais un hôtel « Relais et Châteaux » réputé pour sa gastronomie et son centre de balnéothérapie.

Les promeneurs reprennent ensuite le sentier côtier et découvrent un beau panorama sur l’estuaire de la Vilaine jusqu’au site naturel classé du cairn des Grays, situé sur une prairie littorale. Le cairn ainsi que son dolmen du Crapaud, sont les témoins de l’occupation du site à l’époque néolithique.

Au retour, le sentier côtier passe près des villages du Guernehué et de Bourg l’Etang avant de permettre aux marcheurs une petite pause désaltérante bien méritée.

Informations utiles

Contact et informations : http://www.damgan-larochebernard-tourisme.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.