Idée balade : Le Blavet canalisé à Neulliac

Le Blavet canalisé à Neulliac

Sur la trace des anciens bateliers…

Neulliac se situe à mi-chemin entre les villes de Mûr-de-Bretagne et Pontivy, reliées entre elles par le Blavet et le lac de Guerlédan. Cette partie du Blavet n’est plus navigable depuis la construction du barrage de Guerlédan. Faute de pouvoir naviguer, les randonneurs peuvent longer le chemin de halage. Depuis le Perzo, ils aperçoivent la forêt de Quénécan et les beautés du paysage de Guerlédan.

 Le calvaire du Perzo date de 1717. Une inscription indique « F.F.P.N. (fut fait par nous) Mathurin Servel et Renée Guilloux 1717 ». Son socle porte un écusson avec les macles de Rohan, entouré des quatre évêques bretons.

 Plus loin, la chapelle Saint Samson aurait été construite au XVIIe siècle à l’initiative d’une jeune fille du village, en souvenir de l’évêque de Dol. Elle avait décidé de se vouer à Dieu pour obtenir la délivrance de son père retenu dans les flammes du purgatoire. Elle consacra alors sa vie à l’éducation religieuse des enfants et à la conversion des pécheurs.

 Les promeneurs retrouvent la rivière du Blavet dont Napoléon Bonaparte a impulsé la canalisation, après la construction du canal de Nantes à Brest : ainsi les 3 ports et arsenaux de Nantes, Brest et Lorient peuvent être reliés. En 1929, la navigation est coupée sur cette partie du Blavet en raison de la construction du barrage électrique de Guerlédan : la retenue d’eau créée forme aujourd’hui le lac de Guerlédan, le plus grand lac artificiel de Bretagne. C’est en 1955 qu’une dernière péniche remonte jusqu’au barrage.

La digue de Tresclé est très appréciée des promeneurs et mène à la maison éclusière du même nom : cette digue avait pour but de donner une issue de secours à l’éclusier en cas d’inondation. On peut facilement imaginer l’activité commerciale qui existait auparavant à cette écluse, de par l’importance et le nombre de bâtiments attenants.

La dernière étape de la promenade conduit à la fontaine Saint Mélar et son lavoir, récemment mis en valeur par les habitants. Les lavoirs sont nombreux sur la commune et évoquent le souvenir de la célèbre « Mère Denis », lavandière, née à Neulliac en 1893. Dans les années 1970, elle avait participé à plusieurs campagnes publicitaires pour des machines à laver. Beaucoup se remémorent sa fameuse réplique : « c’est ben vrai çà ! ».

La balade se termine, le bourg est à quelques pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.