Trois bonnes raisons de venir à Gourin

Les Montagnes Noires © D.Guillaudeau

Capitale des Montagnes Noires, Gourin est la plus haute commune du Morbihan. Elle représente la transition entre le pays vannetais et la Cornouaille dont elle fut la plus grande paroisse jusqu’à la Révolution. Mais Gourin fut surtout un important centre ardoisier. En effet, avec l’arrivée du chemin de fer en 1892, les carrières prirent un essor remarquable. Cependant, après 150 ans d’activité, l’extraction des schistes et du granit ainsi que la production d’ardoise de couverture s’arrêtèrent en raison de la concurrence des ardoisières d’Angers. Les ardoisières gourinoises fermèrent en 1962, nous laissant des paysages remarquables.

Les Montagnes Noires

Les Montagnes Noires empruntent leur nom à la couleur du schiste qui les compose. Les plus audacieux peuvent laisser vagabonder leur imagination au rythme de leurs pas sur cette terre de légendes. Mais, attention, on dit qu’au Roc’h an Ankou surviennent d’étranges accidents inexpliqués et qu’on y entendrait parfois les grincements de roues de la charrette de l’Ankou. On raconte aussi que le cheval du Roi Arthur y fût enchaîné pendant 17 ans !

Si le panorama à couper le souffle et la force brute de cette nature exceptionnelle vous plongent dans l’univers qui berce depuis la nuit des temps l’imaginaire breton, les chemins de randonnée qui vous font découvrir les anciennes carrières d’ardoises vous ramènent, en revanche, à la dure réalité du travail des ardoisiers au 19ème s. (Circuit des Carrières, départ : domaine de Tronjoly, fiche n°8 disponible à l’office de tourisme, 0,50€).

Les sportifs, amateurs de sensations fortes, trouveront dans cet environnement préservé les conditions idéales pour s’adonner au plaisir du trail.

château Tronjoly - Gourin © E.Berthier
château Tronjoly – Gourin © E.Berthier

La voie verte

Actuellement, le train ne passe plus à Gourin mais un tronçon de l’ancienne voie ferrée est aménagé en voie verte réservée aux déplacements non motorisés. La voie verte n°7, Roscoff-Rosporden, traverse le Pays du roi Morvan sur 19 km entre Gourin et Guiscriff. Vous pouvez, à pied ou à vélo, aller à votre rythme en toute sécurité. C’est le site idéal pour les promenades en famille, surtout si vous êtes accompagnés de jeunes cyclistes encore peu aguerris sur leurs deux roues.

La voie verte © E. Berthier
La voie verte © E. Berthier

Deux grands événements festifs

Toute la fierté d’être breton et la volonté de partager une identité forte vous donnent rendez-vous au château de Tronjoly.

Fête de la crêpe - Gourin © D. Jahier
Fête de la crêpe – Gourin © D. Jahier

La fête de la crêpe : spécialité incontournable en Bretagne, la crêpe est fêtée fin juillet. Vous pouvez vous initier à sa fabrication et même tenter de remporter le concours mondial de la plus grande crêpe ! Les effluves de la crêpe Mod Gorin, particulièrement fine, légère et croustillante embaument le parc du domaine où danses, concerts et jeux se mêlent dans une grande convivialité.

 

Sonneurs - Gourin © D. Jahier
Sonneurs – Gourin © D. Jahier

Les sonneurs : lors du championnat qui se déroule début septembre, les meilleurs sonneurs bretons s’affrontent pour décrocher les titres très convoités que décernent leurs pairs. Le théâtre de verdure du château résonne, le temps d’un week-end, des airs de binious et de bombardes et c’est tout le cœur de la Bretagne qui vibre en même temps ! C’est un moment inoubliable pour qui souhaite approcher au plus près l’âme bretonne.

 

Le château de Tronjoly accueille également des expositions temporaires au cours de l’année.

Gourin possède encore une particularité : l’émigration d’une partie de sa population vers l’Amérique. Des conditions économiques difficiles incitèrent ces Bretons à chercher du travail outre Atlantique dès la fin du 19ème siècle. Ce phénomène perdura jusqu’ en 1965. Visible l’été dans les combles du château de Tronjoly, l’exposition « Ces Bretons d’Amérique » retrace cette formidable aventure. Dressée au centre-ville, une version en bronze de la Statue de la Liberté témoigne de cette époque et rend hommage aux courageux Gourinois qui osèrent s’expatrier. N’hésitez pas à venir la saluer !

Informations utiles

Renseignements : Office de tourisme du Pays du roi Morvan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.